Collection gratuite et virtuelle

Pour aider à améliorer le site, vous pouvez transmettre des cartes postales.
Scannez ainsi les documents dans une résolution maximum en JEPG de préférence.
Envoyez-les ensuite à l'adresse suivante : bsdjack@laposte.net
Toutefois aucune réponse ne sera établie sur demande d'achat de cartes.
BONNE VISITE ET MERCI

Retour index

7 - LES VOIES ROMAINES


Les seules voies existantes du secteur remontent sans doute à la plus haute antiquité et à la préhistoire. Ces chemins que suivent les marchands, troupes et envahisseurs sont repris, renforcés, rénovés par les romains lors de leur occupation à partir du 1er siècle.

Les voies romaines sont nombreuses dans la région. Elles tissent un dense réseau de communication où le Donon occupe une position centrale de carrefour religieux et commercial. Les voies romaines s’établissent le plus souvent sur les crêtes pour éviter les fonds de vallées marécageuses. (chemin d'Allemagne, route du Sel, route des Bannes).

Les voies romaines du département des Vosges

L'une d'elle, le chemin d'Allemagne, conserve un pavage ancien, creusé de profondes ornières par les chars et les convois qui l'emprunte dans l'Antiquité et au Moyen-âge. Deux grandes routes se croisent à la confluence de la Plaine et de la Meurthe.

L’une vient de Langres (52) et s’en va vers Strasbourg (67) par la rive gauche de la vallée de la Plaine et le Donon : chemin d’Agron appelé plus loin chemin des Bannes ; Cette voie entrée dans le département des Vosges de Rambervillers aboutit au camp romain de Répy (Pierre d'Appel), descend ensuite dans la vallée de la Meurthe en face de Saint-Blaise, traverse la Meurthe près de Raon l'Étape et remonte la vallée de Celles jusqu'au Donon où elle entre en Alsace pour se diriger vers Strasbourg.

La seconde : Strata Sarmatorum (voie des Sarmates) ou via Salinaria, Strata Salinatorum (voie du Sel), arrive de la Lorraine près du menhir et passe derrière la côte Beaurgard, franchit la Plaine en coupant le premier itinéraire puis s’en va vers Sélestat (67) par Saint-Blaise (88), Hurbache (88) et Saales (67). Pour les raisons déjà évoquées, ces pistes évitent les fonds de vallées.

C’est sûrement par ces voies qu’arrivent les moines au 7ème siècle qui érigent cellaës, monastères et abbayes afin de christianiser les régions les plus reculées et réputées sauvages.

Il est clair qu'il existe entre tous les lieux habités à l'époque gauloise comme à l'époque gallo-romaine des chemins qui les relient entre eux. C'est comme de nos jours des voies plus ou moins praticables ; Il ne faut pas oublier qu'à l'époque gallo-romaine, le village n'existe pas ; Il n'y a que des domaines plus ou moins étendus avec des "villaës" sur lesquels vivent tenanciers, colons, esclaves... des groupes plus ou moins importants de population.

Toute la vie publique est concentrée dans les plus grands bourgs. Il est estimé enfin que le développement des voies romaines dans le département des Vosges dépasse 600 kilomètres. Mises à part quelques réfections ordonnées par la Reine BRUNEHAUT et l'Empereur Charlemagne, les routes romaines ne sont pas entretenues et tombent dans un état déplorable. Les quelques chemins qui se créés par les moines et les seigneurs ne dépassent jamais les limites de leurs domaines. Aujourd’hui le temps et les travaux de débardage forestier se sont chargés de rendre invisible ces traces du passé.

Carte des camps et voies romaines de la région


Voie romaine à Raon lès Leau (54)


Autres pages : Accueil 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10