Collection gratuite et virtuelle

Pour aider à améliorer le site, vous pouvez transmettre des cartes postales.
Scannez ainsi les documents dans une résolution maximum en JEPG de préférence.
Envoyez-les ensuite à l'adresse suivante : bsdjack@laposte.net
Toutefois aucune réponse ne sera établie sur demande d'achat de cartes.
BONNE VISITE ET MERCI

Retour index

8 - LES ABBAYES


Le VIème et VIIIème siècles voient le jour de limites d’évêchés, de chapitres, de diocèses, de paroisses s’imbriquant avec celles des domaines des seigneuries : duchés, châtellenies…. Pour fortifier cette nouvelle Loi, il faut effacer toutes traces séculaires des cultes antérieurs, de leurs fêtes : les grands cultes de la lumière, des saisons remplacés par de nouvelles réjouissances : Noël, Pâques… Il faut également oublier les hommages des dieux, déesses et idoles apportés par les légions romaines d’occupation sur le sol dont certaines sont ramenées de séjour au Moyen-Orient : Teutatès, Sucellus (le dieu au maillet), Epona (cavalière protectrice des chevaux et de l’élevage), Vogesus (éponyme des Vosges, le dieu chasseur)…

Au VIème siècle, un mouvement érémitique important part à la conquête d’espaces nouveaux pour y répandre la foi. Il entraîne avec lui des groupes de populations composés de bûcherons qui donnent naissance à de nombreuses villes. La première abbaye s’implante à Luxeuil (70) en 599. Elle est initiée par le moine irlandais fondateur Saint-Colomban. L’installation de ce religieux a un rôle décisif puisque c’est de là, que ses disciples partent pour créer des abbayes et arrivent à Saint-Diez, Saint-Déodat et à Remiremont, Saint-Romarie.

L’abaye d’Etival, a pour fondateur Saint-Rémy, évêque de Reims ou il est dit le Leude Bodon, évêque de Toul et celle de Moyenmoutier fondée par Saint-Hydulphe, archevêque de Trèves. C’est ainsi qu’au cours de ce siècle, ces moines irlandais investissent la région et s’établissent avec pour objectif l'évangélisation d’habitants de lieux. Ces ecclésiastiques défrichent les forêts, améliorent les cultures puis les élevages. Ils créent une industrie rudimentaire en particulier celle du bois. Sous cette impulsion, les gens deviennent sabotiers, cuveliers, boisseliers, charbonniers, marcaires, fromagers, etc… Ils se groupent dans des hameaux ou petits bourgs pour y vivre.

LA FONDATION 
DES ABBAYES




La rive gauche de la Meurthe revient à l’abbaye d’Etival pour former par la suite Laneufville-sous-Respy. Quant à la rive droite avec Raon, c’est à partir de territoires propres des monastères de Senones et d’Etival donnés aux religieux de Moyenmoutier que se fonde l’abbaye. 


En effet lorsque Saint-Hydulphe sur les conseils de l’évêque de Toul arrive dans la vallée en fin du 7ème siècle, les propriétés des deux abbayes sont limitrophes. Il leur est alors demandé de lui céder un territoire pour établir sa propre abbaye. Ainsi Hydulphe s’installe sur la rive gauche du Rabodeau et y construit un monastère et deux églises dédiés à la Vierge-Marie puis à Saint-Pierre. Il appelle l’ensemble : Medianum Monasterium du fait qu’il est situé au centre des autres abbayes. Le monastère reçoit en don de Beggon, seigneur de Belrüart, les montagnes de Folcod ou Foucault ou est situé le château dit de Beauregard. Ces moines ou abbés apportent ensuite un savoir faire, une civilisation nouvelle avec connaissance de la culture des sols. L’influence de ces abbayes grandit vite. Les seigneurs leurs accordent des privilèges, leurs font des donations possédant ainsi de vastes et opulents domaines.. Il leurs est attribué un pouvoir politique partagé avec les possesseurs de fiefs. Pour Raon, celui-ci est exercé par les religieux de Moyenmoutier, l’une des plus riches et plus puissantes figurant dans le peloton de tête. Difficile d'être sous meilleure garde : pendant le Moyen-âge et jusqu’à la Révolution, la ville est partagée et dépend à la fois des abbés de cette abbaye et des ducs de Lorraine sous réserve de certaines franchises. Les parties exercent tous deux une souveraineté avec un partage par moitié des impôts puis des revenus divers. 
A La Neuveville, la situation est identique mais sous le régime de l’abbaye d’Etival.



LES ABBAYES ET BANS

Etival tout d'abord (vers 660/680) puis Senones (641) et Moyenmoutier (661) qui doit son nom à sa situation : monatère (monasterium) élevé entre (medianum) Etival et Senones, chacune des deux abbayes cédant un morceau de son territoire. Ces derniers appartenant aux trois abbayes sont limités au Sud par le territoire de Saint-Dié (Déodat). 
Au Nord, à l'Est et à l'Ouest, le tracé des limites des abbayes d'Etival et de Moyenmoutier est très important. C'est ce même ensemble qui donne naissance 14 siècles plus tard à la commune de Raon, 2371 hectares.






 L'abbaye de Moyenmoutier
L'abbaye de Moyenmoutier


 L'abbaye d'Etival
L'abbaye d'Etival




Autres pages : Accueil 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10